Les fiches métiers

Production audiovisuelle et cinéma > Matte painter

Matte painter

(Matte painter, Digital matte painter (l’acronyme DMP est de plus en plus souvent utilisé), environment artist, généraliste environnement.)

Le matte painter intervient dans la fabrication d’un objet audiovisuel à la fin de la deuxième grande étape appelée production, c’est-à-dire la fabrication concrète de l’objet audiovisuel (que ce soit un court ou long métrage, une publicité, …).

Se reporter au lexique pour les définitions de *.

Téléchargez la fiche complète en PDF

Description du métier

Historiquement, le matte painter peignait un décor sur une plaque de verre qui était ensuite placée devant la caméra, modifiant ainsi l’image imprimée sur la pellicule. Si les techniques ont évolué, le matte painter demeure celui qui va créer artificiellement les décors d’arrière-plan d’une œuvre d’animation (ou modifier ou augmenter les décors réels, ou remplacer les fonds vert ou bleu en cas de prise de vue « live »).
Les décors sont normalement des éléments fixes – mais il arrive de plus en plus souvent qu’ils nécessitent également une mise en mouvement.

Préparation du matte painting
A partir d’un descriptif composé d’éléments graphiques, d’un color script*, de références, d’intentions d’ambiance et de lumière… décidés par le réalisateur, le chef décorateur et/ou le superviseur des effets visuels, le matte painter imagine un environnement visuel pour les plans ou les séquences pour lesquels il a été recruté.
Il s’appuie pour cela sur sa propre imagination ou sur la recherche d’images existantes déjà stockées dans des banques d’images (propres au matte painter ou disponibles sur internet). Il arrive même que le matte painter, en préambule de son travail, parte en repérage photographique.

Réalisation du matte painting
Une fois les éléments réunis et ses propositions validées par son supérieur, le matte painter crée  l’environnement selon différentes techniques : en peignant numériquement les décors, en les fabriquant en 3D,  en procédant à des montages photos ou encore en retouchant des photos. Très fréquemment, il recourt à un mélange de toutes ces techniques.  
Son travail est ensuite transmis à la personne en charge du compositing qui l’intègrera dans les différents plans finaux.

Les domaines d'activité principaux

Les conditions de l'exercice du métier

Dans la majorité des cas, le storyboarder est salarié en contrat à durée déterminée d’usage (CDDU), dans lequel la date de fin du contrat correspond à la fin du projet. Les CDDU vont de quelques jours, en publicité par exemple, à plusieurs semaines, pour un long métrage d’animation. Le matte painter peut éventuellement être employé en CDI dans une société d’effets visuels – mais les cas sont rares.
Il travaille habituellement dans un studio d’animation, ou chez un prestataire d’effets spéciaux ou de postproduction. En fonction de ses contrats, il peut être amené à travailler en régions et à l’étranger. Le télé-travail est possible mais rare en animation car le matte painter travaille fréquemment en réseau avec les autres membres de l’équipe de matte painting. De plus, la taille des images à fournir est telle qu’elle nécessite des ordinateurs très puissants. 
Les entreprises du secteur sont principalement des PME, parfois même des TPE. Leurs effectifs varient en fonction des projets en cours.
Le métier est en pleine mutation et de plus en plus, le matte-painter peut aussi être en charge du concept, du lay-out*, du modeling*, du lighting*, du surfacing*, du texturing*, du pré-compositing*. 

Ses relations professionnelles

Le matte-painter dépend de l’équipe décors. Il travaille sous la responsabilité d’un chef matte painter lui-même placé sous l’autorité du superviseur du matte painting ou des effets visuels. 
Comme dans toute production, moins les projets sont importants, plus la chaîne hiérarchique est courte. Ainsi selon l’envergure des projets, le matte painter peut être en relation directe avec le directeur artistique, le production designer ou le chef décorateur - très rarement avec le réalisateur.

Ses responsabilités

Créateur de l’environnement (intérieur ou extérieur) en arrière-plan, le matte painter est responsable de la qualité et du délai de livraison de son travail, et ce dans des contraintes de coût. Il décide de la technique qu’il va utiliser. Il a une obligation de retranscription de l’intention d’un plan voulu par le réalisateur, son ambiance, son atmosphère. 

Les formations liées au métier

Pour exercer le métier de matte painter, une formation spécifique est fortement recommandée, notamment pour acquérir les nombreuses connaissances techniques nécessaires et la maîtrise des logiciels ad hoc. Le matte painting étant l’une des étapes de fabrication d’une œuvre d’animation, son enseignement est dispensé au sein des écoles d’animation. Les bases (perspective, proportion, colorimétrie…)  peuvent néanmoins s’apprendre dans tout autre école d’art.
A noter : un réseau d’écoles d’animation, baptisé Réseau des Ecoles françaises de Cinéma d’Animation (RECA) a été créé à la demande du Centre National du Cinéma et de l’image animée : il regroupe 25 écoles qui se sont engagées à fournir une information claire et vérifiée sur leur offre de formation www.reca-animation.com.  
Les jeunes diplômés entrent directement au poste de matte painter. Les embauches se font principalement sur test.

Evolution du métier

Le métier de matte painter connaît d’importantes évolutions dues au numérique et aux techniques 3D. Le matte painter doit maitriser de plus en plus de logiciels tandis que sa maitrise du dessin peut être moins experte qu’auparavant. Il tend à intervenir sur de plus en plus d’étapes avant et après le matte painting : concept, lay-out*, modeling*, lighting*, surfacing*, texturing*, pré-compositing*. C’est pour cela que l’on parle dorénavant plutôt de « généraliste environnement ».
Les possibilités d’évolution dans le secteur de l’animation sont ouvertes : un matte painter peut devenir chef matte painter (ou lead matte painter) puis superviseur ou directeur du matte painting. Il peut aussi envisager des postes de directeur artistique, production designer, ou éventuellement réalisateur. Très fréquemment, le matte painter s’oriente vers la conception graphique – pour devenir concept artist (poste en amont de son travail dans la chaine de fabrication).