Les fiches métiers

Production audiovisuelle et cinéma > Animateur 2D / 3D

Animateur 2D / 3D

(Animateur 2D / 3D, Dessinateur d'animation, très rarement employé, éventuellement en 2D*.Graphiste ou Infographiste, parfois employé en TV ou publicité mais à mauvais escient.)

L’animateur intervient dans la fabrication d’un objet audiovisuel dans la deuxième grande étape : la production.

Se reporter au lexique pour les définitions de *.

Téléchargez la fiche complète en PDF

Description du métier

L’animateur  (du latin « anima » = âme) donne vie aux personnages créés par les auteurs graphiques en suivant les consignes du story-board* et sous la houlette du directeur d’animation (ou chef animateur) et du réalisateur. Selon les cas, il peut aussi animer des éléments de décor, ou gérer des foules ou des effets spéciaux*.

Préparation de l’animation
L’animateur s’inscrit dans une chaine de fabrication, qu’il doit comprendre. Il prend ainsi connaissance du projet dans son ensemble à partir des directives du réalisateur, du pack design*, du storyboard* et/ou de l’animatic*.
Il consacre une grande part de son travail à observer, analyser, comprendre, les mouvements avant de créer l’animation elle-même.
Il organise son travail afin de respecter les contraintes de temps (en nombre de secondes d’animation ou de dessins à fournir par jour ou par semaine). Il peut être amené à faire des recherches sur papier, par le dessin. Il définit une méthodologie d’approche de la scène à traiter.

Réalisation de l’animation
Une fois cette phase préparatoire terminée, il crée l’animation aux moyens de logiciels dédiés / d’outils graphiques informatiques. Il restitue les mouvements, par exemple d’un personnage, d’une foule, (…), image par image. Une fois ce mouvement conçu, l’animateur visionne l’enchainement de ces différentes images (arrêtées) pour vérifier la qualité de l’animation qu’il est en train de réaliser. L’animateur fait valider régulièrement son travail, souvent quotidiennement.

Les domaines d'activité principaux

Les conditions de l'exercice du métier

L’animateur est en contrat à durée déterminée d’usage (CDDU) dans lequel la date de fin du contrat correspond à la fin du projet. Les CDDU vont de quelques jours (en publicité par exemple) à plusieurs mois (jusqu’à 18 ou 24 mois pour un long métrage d’animation). Des CDI sont parfois proposés, plus fréquemment en régions qu’à Paris. Le travail en indépendant existe mais est peu répandu. 
L’animateur travaille dans un studio d’animation, principalement en open-space. Il travaille en équipe avec d’autres animateurs, voire avec les équipes de graphistes et de la production. En fonction de ses contrats, il peut être amené à travailler en régions et à l’étranger.
Le travail s’effectue majoritairement sur ordinateur. Certains dessins préparatoires peuvent néanmoins se faire encore sur papier.
Les entreprises du secteur sont principalement des PME, parfois même des TPE. Leurs effectifs fluctuent en fonction des productions en cours.
Sur des projets à petits budgets, il arrive que l’animateur soit aussi en charge du story-board* et/ou du lay-out*.

Ses relations professionnelles

L’animateur travaille sous la responsabilité d'un chef animateur (ou lead animateur), lui-même placé sous l’autorité du directeur de l’animation (responsable de l’homogénéité de l’animation sur l’intégralité du film) et du réalisateur (pour les aspects artistiques) et du directeur de production ou des chargés de production le cas échéant.
Moins les projets sont importants, plus la chaîne hiérarchique est courte. Ainsi, en publicité par exemple, l’animateur pourra être directement sous l’autorité du réalisateur.
En animation 2D, l’animateur peut superviser un assistant et un intervalliste – mais ces 2 postes ont tendance à disparaître (et n’existent pas en 3D).

Ses responsabilités

Auteur du mouvement des personnages et/ou des effets spéciaux, l’animateur est responsable de la qualité et du degré de sensibilité de l'animation. Il a une obligation de rendement quotidien ou hebdomadaire (il doit fabriquer un nombre pré-établi de secondes d‘animation dans un temps donné).

Fiche ROME

E1205 : Réalisation de contenus multimédias

Les formations liées au métier

Pour exercer le métier d’animateur, une formation spécifique est fortement recommandée, d’autant que le métier exige de plus en plus de connaissances techniques (notamment la maîtrise de logiciels dédiés). Il existe de nombreuses écoles qui forment à l’animation, chacune affichant des spécificités (plutôt tournées vers la 2D*, ou la 3D* ou les VFX*). Les formations vont des niveaux bac+2 à bac+5. Les étudiants souhaitant augmenter leur polyvalence peuvent enchainer différents cursus dans différentes écoles.
A noter : un réseau d’écoles d’animation, baptisé Réseau des Ecoles françaises de Cinéma d’Animation (RECA) a été créé à la demande du Centre National du Cinéma et de l’image animée : il regroupe 25 écoles qui se sont engagées à fournir une information claire et vérifiée sur leur offre de formation www.reca-animation.com.

Evolution du métier

Le métier d’animateur a connu, et connaîtra d’importantes évolutions technologiques, bien que la base du métier d’animateur reste la même : donner vie aux personnages. Le marché est porteur et offre de réelles perspectives d’emploi. Les possibilités d’évolution y sont ouvertes : un animateur peut devenir chef animateur (ou lead animateur ou superviseur), puis directeur de l’animation. Il peut aussi envisager des postes de story boarder* ou de layoutman*, voire devenir directeur artistique ou réalisateur.
Le secteur de l’animation évolue rapidement avec l’émergence de nouveaux modes de diffusion. Aujourd’hui la réalité virtuelle* ou augmentée* et les caméras 3D à 360° se développent. La préviz* est de plus en plus pratiquée par souci d'optimisation des coûts de fabrication. Toutes ces évolutions vont immanquablement impacter le travail de l’animateur, en générant de nouvelles demandes.