Etude des métiers de la filière réalisation

Scripte << Retour à la fiche métier

Compétences ?

  1. Connaissances de culture générale et artistique
  2. Connaissance des expressions cinématographiques
  3. Culture professionnelle
  4. Savoirs méthodologiques
  5. Savoir-faire relationnels

4. Savoirs méthodologiques

Savoir rechercher l’information, se documenter

Pour pouvoir superviser la continuité du film ou le déroulement de l’émission, il doit en saisir le sens et maîtriser les contenus. Il doit être en mesure de compléter et de mettre à jour ses connaissances de culture générale ou artistique, se tenir informé de l’actualité dans divers domaines : société, histoire, politique, économie, mais également dans les domaines du sport, des sciences, des loisirs et des arts, selon les thèmes abordés par les films ou les émissions sur lesquelles il est susceptible de travailler. Ce qui implique de faire des recherches et de savoir se documenter pour recueillir des informations sur le projet.

En fiction, pour mieux comprendre l’univers du réalisateur, il se renseigne et étudie les oeuvres, les films auxquels il se réfère. Il se documente également sur le contexte historique et social du film.

Dans le cas d’émissions ou de films portant sur des sujets spécialisés, il doit aussi savoir recueillir une documentation pour se renseigner sur le sujet abordé. Par exemple : si le film se passe dans un contexte très spécifique (ex : bourse), il enquête sur les situations, les pratiques socioculturelles, les règles et les gestes codifiés pour pouvoir contrôler la cohérence et la continuité du film.

Dans le cas de la retransmission d’évènements sportifs, il s’informe sur les joueurs, notamment auprès du service de presse, il doit connaître les règles du sport, pour mieux diriger le déroulement de l’émission qui doit pouvoir s’adapter à celui de l’événement.

Capacités de synthèse

Pour transmettre des informations aux collaborateurs, il mobilise des capacités de synthèse et de précision pour définir des priorités et choisir les informations à transmettre de manière efficace.

A la télévision, lorsqu’il s’agit d’annoncer le déroulement de l’émission et de guider les différents techniciens dans leur travail, il doit repérer le moment opportun et s’exprimer avec concision pour ne pas donner d’informations inutiles et encombrer le réseau d’ordres. Il doit choisir les informations à communiquer en fonction du déroulement de l’émission et ne rappeler le minutage que lorsque le timing le nécessite.

En fiction, il mobilise des capacités de synthèse et des qualités rédactionnelles pour réaliser les nombreux rapports destinés au montage, au laboratoire et à la production. Il doit connaître les besoins de ses différents interlocuteurs pour sélectionner les informations nécessaires à leur travail. Pour les leur transmettre, il doit pouvoir en relever l’essentiel, le résumer et le décrire clairement. Il s’agit de rendre un rapport lisible pour qu’il soit utilisable par ceux qui en sont destinataires (monteurs, producteurs, laboratoire).

Capacité d’organisation

Le scripte doit développer des capacités d’organisation et des méthodes qui lui permettront de structurer, de mémoriser et de transmettre les informations dont il dispose avec rapidité, rigueur et précision.

Qu’il travaille en fiction ou sur des émissions, il doit pouvoir traiter de nombreuses informations simultanément et rapidement :

  • Sur le tournage d’une fiction, il doit contrôler tous les éléments de continuité et la cohérence des différentes prises, identifier les fautes de raccord qui demandent une nouvelle prise : changement de gestuelle, du texte, omission, lapsus, raccord de costumes. Il doit pouvoir répondre immédiatement à toute question sur les scènes et les plans déjà tournés ou à venir. Après chaque prise, il doit remplir de nombreux rapports destinés à différents collaborateurs.
  • Pendant l’enregistrement d’une émission, il doit communiquer simultanément des consignes aux différents techniciens, contrôler le déroulement de l’émission et le minutage de chaque séquence, parfois dans la pression du direct qui exige une très grande précision dans son contrôle du timing de l’émission.

Il dispose de peu de temps pour remplir simultanément ses différentes tâches qui exigent de lui rapidité et efficacité.
C’est pourquoi, pendant la préparation, il doit concevoir des méthodes et élaborer des outils d’organisation et de traitement de l’information sur lesquels il pourra s’appuyer pour maîtriser la mémoire du film ou de l’émission. Son outil de référence étant, pour la fiction, le tableau de continuité chronologique et pour les émissions, le conducteur avec les séquences.

Aptitude numérique

Dans l’activité de minutage du film ou de l’émission, le scripte mobilise - en plus de capacités d’attention, de concentration et d’observation -, son aptitude au calcul mental, notamment au calcul en système sexagésimal.
On peut rappeler ici que ce travail de minutage est extrêmement complexe car il fait également appel à l’ensemble des connaissances décrites dans ce référentiel.

Il doit être capable de calculer les durées de la totalité du film ou de l’émission ainsi que celles de chaque séquence, qu’il contrôle sans relâche. En cours de tournage, il lui faut minuter chaque prise, et pendant l’enregistrement de l’émission, chaque séquence, pour réajuster les prévisions de minutage faites en préparation. Il annonce également le décompte du temps qu’il reste avant la fin de l’émission.

En fiction, il doit aussi pouvoir convertir les durées en métrages de pellicule pour comptabiliser la consommation de la pellicule en fonction de son format et des vitesses de défilement de la caméra.

Cette responsabilité du calcul du minutage ou de la consommation de pellicule représente une importante responsabilité pour le scripte, notamment en raison d’un risque de décrochage de la pellicule en fiction.

A la télévision, le calcul de la durée des différentes séquences des émissions représente également un enjeu important. Le scripte a la responsabilité de faire rentrer des durées dans un format donné, il doit adapter les durées des séquences au temps restant avant la fin de l’émission.

¤ Haut de page