Etude des métiers de la filière réalisation

Scripte << Retour à la fiche métier

Compétences ?

  1. Connaissances de culture générale et artistique
  2. Connaissance des expressions cinématographiques
  3. Culture professionnelle
  4. Savoirs méthodologiques
  5. Savoir-faire relationnels

3. Culture professionnelle

Connaissance des métiers et techniques

Une culture des métiers, du vocabulaire et des techniques est indispensable à sa collaboration avec les différents techniciens du tournage et de la post-production. Pour assurer le respect des éléments de continuité en fiction, ou guider leur travail pour les émissions de télévision, il doit pouvoir connaître les besoins spécifiques de chaque métier et y répondre.

En fiction, pour rendre compte du déroulement du tournage à la production (rapport horaire), il doit connaître les différentes étapes et interventions pendant le tournage, repérer et nommer les techniques utilisées, connaître le vocabulaire professionnel. Cette collaboration mobilise une connaissance des rôles respectifs et des contraintes auxquels chaque intervenant est confronté.

A la télévision, il doit connaître l’organisation de l’enregistrement d’une émission, les rôles des différents techniciens de la régie et du plateau, les moyens et le vocabulaire techniques qu’ils utilisent.

Il doit pouvoir vérifier le fonctionnement technique des réseaux de communication visuelle et sonore, repérer les différents supports utilisés et les sources de diffusion des divers éléments qui constituent l’émission pour pouvoir guider les techniciens et annoncer à l’avance les actions qu’ils doivent effectuer. Pour guider les cadreurs, il doit pouvoir évaluer le temps de préparation d’une caméra pour changer de plan, le temps nécessaire à un changement d’axe.

Connaissance du contexte de la production et de la diffusion cinématographique et télévisuelle

Pour pré-minuter le film, il doit pouvoir connaître les spécificités des différents contextes de production et de diffusion, et évaluer les durées en fonction des formats de diffusion et des moyens dont dispose le film.

A la télévision, il s’adapte au contexte de la diffusion d’émission télévisée dont l’enregistrement peut se faire en direct ou en différé. L’enregistrement en différé permet une plus grande souplesse puisqu’il laisse la possibilité de corriger d’éventuelles erreurs.

Connaissance du travail de l’assistant et du monteur, de leurs besoins spécifiques

Pour préparer le montage, il détermine les informations qui seront utiles tout d’abord à l’assistant pour numériser, nommer et organiser les prises, puis au monteur. Il numérote, cercle les bonnes prises et décrit chaque plan.

Le travail de préparation et les choix de montage sont rendus plus complexes, d’une part, par certains tournages qui utilisent la méthode américaine (la même scène peut être tournée dans tous les axes possibles) et d’autre part, par le montage numérique qui permet au monteur d’avoir accès à toutes les prises.

Connaissance du travail de l’image, prises de vues et laboratoire

En fiction, pour ses rapports image, il doit également connaître les techniques utilisées par le chef opérateur et les besoins du laboratoire qui assurera le développement de la pellicule. Il doit connaître les bases du matériel image et du vocabulaire technique s’y référant pour pouvoir obtenir auprès de l’équipe image les informations qui serviront aux rapports image et montage.

Il doit décrire les prises de vues effectuées en précisant les focales, le diaphragme, les mouvements de caméra ainsi que les différents accessoires image utilisés (filtres et diffuseurs). Il doit être capable d’identifier les caractéristiques des pellicules utilisées pour pouvoir comptabiliser la consommation de la pellicule en fonction de son format et de la vitesse de défilement de la caméra.

Pour donner des renseignements sur la consommation de pellicule dans ses rapports à la production, il doit connaître le travail de l’assistant caméra et s’informer sur ses méthodes de gestion des consommables.

¤ Haut de page