Etude des métiers de la filière réalisation

Scripte << Retour à la fiche métier

Compétences ?

  1. Connaissances de culture générale et artistique
  2. Connaissance des expressions cinématographiques
  3. Culture professionnelle
  4. Savoirs méthodologiques
  5. Savoir-faire relationnels

2. Connaissance des expressions cinématographiques

Connaissance du récit et des différents processus narratifs

En fiction, la connaissance du récit et des processus narratifs sont essentiels pour le scripte.

La structure du récit

Ses capacités d’analyse qui s’appuient sur des connaissances à la fois littéraires et cinématographiques lui permettent de repérer des indices de temporalité présents dans le scénario et d’identifier les éléments de continuité du récit. Il peut ainsi reconstituer un fil narratif dont il déduit la chronologie pour établir le tableau de continuité. Ce tableau constitue un outil essentiel tout au long du tournage, une mémoire de la continuité et de la cohérence du film au service de l’ensemble des collaborateurs.

Ses connaissances des caractéristiques de l’écriture scénaristique et de la dramaturgie sont également mobilisées pour saisir la cohérence de la structure et du déroulement du récit cinématographique, pour identifier les manques et les longueurs possibles. Il peut ainsi faire part au réalisateur de ses observations et l’informer également des scories qu’il a relevées. En effet, les nombreuses modifications subies par le scénario ont parfois pour conséquences des invraisemblances, des contradictions et des illogismes.

Le rôle des personnages dans la narration/jeu de l’acteur

Ses compétences artistiques lui permettent aussi de percevoir, dès la lecture du scénario, le comportement et les états émotionnels des personnages, de saisir leur psychologie, leur caractère. Il doit pouvoir ensuite repérer les indices de leurs évolutions au cours du film. Au moment du tournage, le scripte est en prise directe avec le travail de l’acteur devant la caméra. Il guette les changements d’apparence et de comportement auxquels il reste vigilant à chaque prise. Il les reporte scrupuleusement dans ses dépouillements et sur son scénario. Il doit connaître et repérer les différents éléments qui caractérisent le jeu d’acteur : intonation, mouvements, attitudes, regards, expressions, rythme… pour pouvoir analyser la continuité du jeu de l’acteur en étant attentif aux raccords et évaluer sa justesse qu’il notera dans ses rapports montage.

Connaissance du découpage

Le scripte doit posséder une excellente connaissance des expressions cinématographique et de leur transcription écrite et orale.

Pour analyser et relever le découpage de la mise en scène (découpage du film en plans et en séquences) fait par le réalisateur, il doit en maîtriser parfaitement les bases. Dans certains cas, celui-ci peut l’associer étroitement à son travail durant la phase de préparation. Il s’adapte alors aux méthodes du réalisateur qui peut établir son découpage, soit pendant la préparation en amont du tournage, soit au moment de la mise en place des scènes.

Sa connaissance de la mise en scène et du découpage lui permet de repérer et de noter les événements marquants de la scène, en tenant compte des décors, des lumières, du jeu des acteurs, de leurs directions de regards, de leurs déplacements, de leurs mouvements. Il se représente ensuite les incidences des choix de place et d’axe de caméra, de mouvements d’appareil, de focales qui déterminent le cadre de l’image et les valeurs de plan. Il doit pouvoir faire un croquis ; notamment pour situer la caméra et ses déplacements par rapport aux acteurs et éléments du décor.

Il anticipe ensuite, pour le montage, les liens qui seront faits entre les scènes et les premiers plans et vérifie leur compatibilité et l’harmonie des enchaînements.

En cas de captation de spectacle, ces connaissances lui permettent de noter le découpage sur le relevé de mise en scène et de vérifier la disponibilité des différentes caméras qui devront effectuer successivement les prises de vues prévues par le réalisateur.

Connaissance du montage

Une connaissance concrète du montage et des formes filmiques lui est nécessaire pour vérifier en amont et au moment du tournage les raccords, les liens des scènes. Il doit pouvoir identifier les différents éléments qui auront une incidence sur la continuité du film, et les suivre pendant le tournage.

Il doit adapter sa maîtrise des règles académiques de la syntaxe cinématographique aux choix de formes filmiques voulus par le réalisateur. Tout en étant attentif aux moindres détails des raccords de décors et d’accessoires, de costumes et de maquillage, etc… il doit être capable d’identifier ce qui fera sens au moment des choix de montage lors de la construction de lacohérence globale du film. Dans son rapport montage, elle doit être en mesure de décrire les qualités artistiques des prises pour transmettre au monteur les choix du réalisateur.

Le scripte doit pouvoir se représenter les résultats des choix de mise en scène et de découpage. Pendant le tournage, il imagine le montage final et identifie le rythme et la forme que le réalisateur souhaite imprimer au film.

Sa connaissance du langage cinématographique lui permet d’évaluer les besoins de raccord tout au long du tournage et d’identifier les manques ou les problèmes éventuels. La responsabilité des raccords est très importante : un scripte peut perdre son emploi en cours de tournage pour faute grave et sa réputation pour un faux raccord (ex : de direction de regard) qui aurait par exemple provoqué un retournage (retake) surtout si celui-ci n’a pu être fait dans les dates prévues.

Il doit aussi pouvoir gérer les complémentarités des prises en cas de tournage à plusieurs caméras. Ces connaissances du montage lui permettent également de calculer le minutage utile. Il lui faut alors éliminer les chevauchements des différents plans, puis réévaluer la durée de la scène montée, en anticipant le montage final.

Pour les émissions de télévision

La connaissance du découpage et de la structure des émissions lui est nécessaire pour être capable d’identifier les différentes séquences visuelles et les organiser dans le conducteur lors d’une discussion entre réalisateur et animateur.

Lorsqu’il visionne les sujets (reportages télévisés) qui seront insérés dans le déroulement de l’émission, il doit pouvoir repérer les plans de début et de fin et prévoir les coupes possibles pour les raccords avec la séquence suivante. Il doit maîtriser le vocabulaire du langage cinématographique pour communiquer le découpage prévu aux cadreurs.

Enfin, il lui arrive souvent de représenter le réalisateur (souvent occupé à un autre tournage) pour guider le montage de l’émission.

¤ Haut de page